Lyralire

Lyralire

Folie Ordinaire

 

 

 

Ils me jettent des pierres !

Le croyez vous, Monsieur ?

Enfin, je dis des pierres

Mais c’est plutôt leurs yeux

Qu’ils lancent en insultes

A chacun de mes pas

Avec des mots incultes

Qu’ils ne prononcent pas

 

C’est tout leur corps qui miaule !  

                  

La haine des regards

Taraude mon épaule

Et perce comme un dard

Mon pitoyable coeur

Y versant goutte à goutte

Le fiel de leur rancœur

Qu’ils cueillent sur ma route

 

Tenez !... Une voisine

Pour se moquer de moi

Me brode une copine

Monsieur, excusez moi

Mais d’être seul j’en crève !

...Il est vrai que la nuit

Elle entre par un rêve

Et dès le matin fuit ...

 

Ah ! c’était autre chose

Quand maman était là !

La journée était rose

Et sentait le lilas ...

A l’église, il me semble

Que plein de gens priaient

Avec leur voix qui tremble

Et leurs yeux qui riaient

 

Puis on vient, puis on conte

Qu’en haut de l’escalier

Je lui ai fait son compte

En la poussant du pied .

Ces gens là sont des teignes

Qui ne comprennent rien

Et leurs gueules d’empeigne

Aboient comme des chiens !

 

Mais je vous importune

Vous ne m’écoutez plus

Ma vie n’est qu’infortune

Mes jours sont dissolus;

J’ai pas tué la vieille !

Le croyez vous Monsieur ?

J’ai pas tué la vieille

Dès lors qu’elle est aux cieux !




§ - § - §

 



11/04/2016
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres