Lyralire

Lyralire

Aubade

 

§ - § - §

J’aime pencher mon âme au bord des aubes blanches,

Admirer la ferveur d’un soleil audacieux                  

Qui,délicatement,allume dans les branches,

D’ardentes symphonies qui montent jusqu’aux cieux

 

La plaine reverdit sous son aile brumeuse,

Des taches de couleurs affleurent çà et là,

Et du lointain survient une vague écumeuse

Qui bouscule les chants odorants des lilas

 

Saluant le babil du jour qui vient de naître,

Les chapelles d’airain tintent à l’unisson.

Spectateur vertueux,je ferme la fenêtre,

Dans le tourbillonnant aria du pinson

§ - § - §



04/06/2014
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres