Lyralire

Lyralire

L'Après

 

 

 



Tous étaient là, debout, formant une nation,

Un infini cortège, un flot inextinguible,

Hissant haut l'étendard de l’abomination

Contre ce fanatisme arriéré dont la cible

Est la population

 

Irrégulièrement montait l’hymne guerrier

Et la rumeur tournait en fracas de tonnerre

Et tous étaient unis sans rien s’approprier

Que ce chant qui roulait à fissurer la terre

En croulant leurs terriers

 

Tremblez au chant du coq sur vos tas de fumier

Son regard est aigu, ses ergots infrangibles

Sa plume redoutable ôtée de son plumier

Peut vous percer le coeur ou vous rendre risibles

D’un brocard meurtrier



§ - § - §

 



14/01/2015
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres