Lyralire

Lyralire

Les chuchotis du vent

 

 

 

 

La faconde du vent sur les feuilles des saules

En gerbes d’étincelles tombent sur mes épaules,

Adornant du penser, ses mornes oripeaux

Qui s’accrochent toujours aux langueurs d’un repos

 

L'intervalle se tend,éternel,sans mesure,

Et la félicité plus vaste que l’azur,

M’emporte sur des flots où j’aborde sans bruit,

En bayeur flamboyant,les rives de la nuit

 

Je me dissous au coeur des chatoiements de l’Être;

Je suis un chant d’oiseau, un mot sur une lettre,

Un immuable allant sans crainte et sans remord,

Je suis le firmament, je suis Dieu, je suis mort !

 

Les forges du couchant baillent la gueule ouverte,

Et leurs flots ignescents inondent l’herbe verte;

Revenant doucement au porche du présent,

J’augure mon esprit misérable et pesant




§ - § - §

 



10/06/2014
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres