Lyralire

Lyralire

Tempus

 

 

 

Inexorablement, il va, clopin-clopant,

Sur les sentiers battus des cadrans inutiles

Et creuse sous nos pas, à nos propres dépens,

Les sillages amers des tombes infertiles

 

C’est ainsi qu’il déchire aux nimbes de nos jours,

De son manteau d’oubli, des lambeaux de poussière

Qui s’en viennent ternir d’ineffables amours

Dont le rose des joues éclipsait la lumière

 

Le temps nous lègue aussi, dans les recoins d’un soir,

Des silences pesants, des brèches douloureuses,

Des ombrages muets qui flottent dans le noir

Et s’abîment aux pieds des étoiles cireuses

 

Je déplore le temps qui, lors d’un court instant,

Se mirait dans tes yeux quand souriaient tes lèvres,

Quand il tardait son pas tout en nous abritant,

Sous sa fragile égide en kaolin de Sèvres

 

Puis il est reparti, t’enlevant de ce monde,

Et dans le morne coeur d’une lourde comtoise,

J’entends battre son pas, de seconde en seconde,

Quand la nuit lui concède une pudeur courtoise

§ - § - §



17/06/2014
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres